SOUBLECAUSE
 

Le nom de la commune est d'origine latine : Il vient de supra qui veut dire "au dessus de" et calceatam qui veut dire "chaussée".

C'est en 1790 que la commune prend ses dimensions actuelles. Cette année-là a lieu la fusion de quatre communes : Héchac, Barbasan, Lagrasse et Soublecause.

Il subsiste aujourd'hui deux églises dans le village. Une dédiée à Saint-André à Soublecause et une dédiée à Saint-Martin, du côté d'Hechac.

L'église Saint-André est, elle aussi citée en 1342 dans l'archidiaconé de Rivière-Basse, dans l'archiprêtré de Castelnau. Elle est incendiée par les troupes protestantes de Montgommery pendant les Guerres de Religion en 1569, elle s'écroule ensuite en partie en 1755, elle est tellement ruinée qu’il faut la reconstruire presque entièrement. Elle est beaucoup restaurée les cinq siècles suivants.

L'église est inscrite au titre des Monuments Historiques le 30 août 1993.

L'église Saint-Martin d'Héchac possède les origines les plus anciennes de la commune. Elle est citée une première fois dans le cartulaire de l'abbaye de Madiran en 1039. En 1342, elle est de nouveau citée dans un document concernant l'archiprêtré de Castelnau. Finalement, elle disparaît de manière brutale, peut être dans un incendie lié aux Guerres de Religion au XVIème siècle puisqu'elle est totalement reconstruite le siècle suivant.

 

Le petit + 

> La statue de Notre-Dame des vignes à Héchac

 

Pour aller plus loin : 

> archivesenligne65/Soublecause

- Soublecause en Rivière-Basse, Stéphane Abadie, 2000 (Disponible à la médiathèque de Vic-en-Bigorre)

- Histoire de Soublecause (Hautes-Pyrénées), Stéphane Abadie, Toulouse, 2000 (Disponible à la médiathèque de Maubourguet)

- Soublecause : d’un siècle à l’autre, Stéphane Abadie, Paris, 2002 (Disponible à la médiathèque de Vic-en-Bigorre)