VILLENAVE PRES BÉARN
 

La commune de Villenave-près-Béarn est une petite commune de 309 hectares. Villenave peut se traduire par "ville nouvelle". Sa situation géographique, à 353m d'altitude sur le plateau de Ger, lui confère sa dénomination d'enclave. En effet, le village est bigourdan mais est bien entouré de communes béarnaises, d'où sa toponymie de "près Béarn".

Avant de prendre ce nom définitif en 1790, le village s'apelle en 1300 "cazafreita" qui signifie une habitation "froide" ou à l'ombre. Cette dénomination est très certainement due au fait que les maisons médiévales étaient installées entre deux cours d'eau : le Grand Leés et le Louet qui apportent de la fraîcheur dans l'air. S'installant sur le coteau au début du XVème, un nouveau village est construit et c'est donc à ce moment là qu'il commence à être qualifié de "Billa Nave" en 1429, "Villenabe" en 1670 puis "Villenave-en-Bigorre" en 1789 un an avant le changement définitif.

Ce nom suit la même dynamique des "castelnau", ces "châteaux nouveaux" étant venus remplacer ces "castelbielh" "châteaux vieux" dans la deuxième moitié du Moyen-âge, ce qui correspondait finalement à des villages fortifiés avec château.

Dans la commune, il ne reste plus de château, seulement l'église qui aurait constitué sa chapelle. Cette dernière porte comme dédicace Notre-Dame de l'Assomption.

Depuis le cadastre actuel, il est possible de se rendre compte que les chemins sont rayonnants depuis le quartier de l'église. Il s'agit en effet du mode de construction fréquent des nouveaux villages issus de défrichements entre le XIème et le XIIIème siècle. Les chemins ayant été construits en même temps.

Sur le chemin menant à Bédeille (le long de la D47). Il est possible d’apercevoir les ruines d'un ancien moulin à vent en galet. Les moulins à vent sont rares sur les départements des Hautes-Pyrénées mais aussi des Pyrénées Atlantiques. Après la Seconde Guerre Mondiale, la porte de cet édifice et ses ailes auraient été déposées au Musée Massey de Tarbes pour les conserver et les protéger.

 

 

Pour aller plus loin : 

> archivesenligne65/VillenavepresBearn

- Le canton de Vic-en-Bigorre, sous la direction de Claude Miqueu, conseiller général, et des maires du canton. Editions du Val d’Adour, 2004 - chapitre "Villenave-près-Béarn" page 131 à 138 (Disponible aux médiathèques de Montaner et Vic-en-Bigorre)

- Val d’Adour, Vic-en-Bigorre et sa région, Stéphane Abadie, éditions du Val d’Adour, 2001 - Villenave-près-Béarn page 54 (Disponible aux médiathèques de Maubourguet et Vic-en-Bigorre)