SOMBRUN
 

L'étymologie du nom de Sombrun vient de Soum qui signifie un sommet et Brun au sens de sombre, funeste, néfaste à ses ennemis.

Les habitants sont par ailleurs surnommés los faïençaïres, les fabricants de faïence en relation avec le caractère argileux de la terre qui leur permettait jadis de fabriquer des poteries en grande quantité.

Son église dédiée à Notre-Dame-de-l'Assomption est plutôt tardive, la plupart de ses maçonneries daterait de la seconde moitié du XIXème siècle. 

Elle aurait succédé à une église bien plus ancienne, située au sud du village au lieu-dit "La Hitau" où se trouvait un premier village, aujourd'hui disparu. Cette église avait été construite en 1060 en l'honneur de Saint-martin et dépendait de l'abbaye de Larreule.

La période qui marque la commune est la Seconde Guerre Mondiale. En effet, elle est le théâtre de la fin d'une résistance locale dans la forêt de Sombrun. Le maquis, après avoir pris racine dans la région de Lourdes, vient s'établir dans la région de Maubourguet et sa dernière escale se fait à Sombrun. Le camp s'y établi mi-juin 1944. Une nouvelle recrue de 19 ans fini par poser problème aux maquisards en raisons d'addictions en tout genre. Il se fait de nombreuses fois réprimander par le chef Cazenave pour sa mauvaise conduite. Il finit par quitter le camp en juillet et devient indicateur pour les troupes allemandes qui le paient suffisamment pour qu'il puisse assouvir ses addictions. Le 15 juillet 1944 il dénonce ses camarades en indiquant l'emplacement exact du maquis de Sombrun. Après une attaque de quelques heures, cinq maquis sont tués et les autres faits prisonniers.

 

 

Les petits + 

> Dans le village sont encore visibles six fontaines communales fabriquées à partir de briques locales. Elles disposent encore des emplacements pour poser les cruches remplies d'eau.

> Le kiosque à musique 

Pour aller plus loin : 

> archivesenligne65/Sombrun