NOUILHAN
 

L'histoire de la commune de Nouilhan trouve ses origines sous l'Antiquité car une villa antique datée entre le II ème et IIIème siècle est localisée près du canal du moulin actuel, son propriétaire est un certain Nobilis ou Novellius. Il y a de fortes chances pour que le nom de Nouilhan soit issu de ce noble personnage. En 1015, un texte issu de l'abbaye de Larreule, cite "De Noulhano" et prouve donc son existence à l'époque médiévale.

L'église de Nouilhan est dédié à Saint-Lézer. Cela s'explique notamment par le fait que pendant le Moyen-âge, le territoire est contrôlé par ses deux abbayes voisines : Larreule et Saint-Lézer. Ce dernier deviendra donc le patron du village. Malgré une présence ancienne attestée par ce Saint-Patron, l'église est entièrement reconstruite au XIXème siècle.

La forêt du Marmajou que Nouilhan partage avec les communes de Vic-en-Bigorre, Maubourguet, Gensac, Lafitole et Artagnan est connue notamment pour être surexploitée au XVIIème siècle. En effet, Colbert fait détruire de nombreux arbres afin de construite les galères royales de Louix XIV mais également pour la construction du parquet du château de Versailles.

 

Le petit + : 

> Le lavoir traditionnel des plaines de l'Adour, en galet et en briques

Pour aller plus loin : 

> archivesenligne65/Nouilhan

- Le canton de Vic-en-Bigorre, sous la direction de Claude Miqueu, conseiller général, et des maires du canton. Editions du Val d’Adour, 2004 - Chapitre "Nouilhan" pages 91 à 102 (Disponible aux médiathèques de Montaner et Vic-en-Bigorre)

- Val d’Adour, Vic-en-Bigorre et sa région, Stéphane Abadie, éditions du Val d’Adour, 2001 - Nouilhan pages 37 à 38 (Disponible au médiathèques de Maubourguet et Vic-en-Bigorre)